navigation
• Frank Taillandier •

Soumettre une bonne proposition de sujet à une conférence

Les événements comme Sud Web ont besoin de bonnes conférences pour combler les attentes du public. Aussi après m’être fortement inspiré de l’article de Kristina Schneider de CSSconf EU, je vous propose de passer en revue tous les éléments à considérer pour vous aider à mettre toutes les chances de votre côté pour nous convaincre de vous ajouter au programme.

Stefanie Posavec à Sud Web 2016

Stefanie Posavec à Sud Web 2016

Vous avez regardé un nombre incalculable de présentations en ligne. Vous avez écrit un ou plusieurs billets de blog. Vous êtes allé à un meetup local et vous y avez même peut-être donné une présentation. Vous êtes allé à des conférences, vous avez observé les gens partager leurs connaissances, leurs histoires (ou leurs échecs) sur scène — et vous vous dites : c’est moi qui devrais être là ! J’ai des choses à dire !

C’est aussi ce que nous pensons ! Il est temps de commencer à préparer vos sujets pour les conférences qui arrivent. Après six éditions, nous sommes bien placés pour vous dire comment écrire une proposition de sujet convaincante qui vous aidera à briguer les scènes des grandes conférences.

Choisissez bien votre sujet

Vous avez trouvé une conférence spécialisée dans votre domaine qui recherche des personnes avec vos connaissances. Vous avez appris quelque chose d’utile lors de votre dernier projet, vous avez passé du temps à faire des recherches et à comparer de nouvelles méthodes pour résoudre un problème ou vous avez simplement codé une démo marrante et bien barrée. Et malgré cela vous ne savez toujours pas très bien comment dégager un sujet à partir de ce que vous savez.

Essayez de vous mettre dans la peau d’un participant et demandez vous :

  • Que voulez vous apprendre ?
  • Quels problèmes doivent être résolus ?
  • Qu’est-ce qui éveille votre curiosité ?
  • Que voudriez-vous retenir de la conférence ?

Lisez bien l’appel à propositions

Assurez-vous de bien relire plusieurs fois l’appel à propositions. Lisez également tout ce qui concerne la conférence sur leur site, la programmation des éditions passées. Vous prendrez ainsi connaissance des sujets sélectionnés et le ton utilisé pour les présenter.

Confrontez votre idée aux recommandations des organisateurs, assurez-vous que votre sujet répond bien à toutes ces attentes et qu’il peut être présenté dans le temps imparti.

Allez à des meetups

Il est difficile de savoir si votre sujet sera bien adapté au temps prévu et comment l’audience réagira à votre propos. Il n’y a qu’une solution pour cela : allez à des événements et demandez leur ressenti aux personnes présentes. Assistez à des conférences, demandez leur avis aux oratrices et aux orateurs que vous croiserez et commencez à faire vous-même des présentations dans les événements locaux.

Regardez des conférences en ligne

Si vous ne pouvez pas vous rendre à une conférence ou qu’il n’y a pas d’événements dans votre région : regardez des conférences en ligne. Il y a de super conférences données par des gens géniaux que vous pourrez retrouver en ligne, souvent gratuitement. Vous apprendrez à aborder un sujet avec des approches et des angles différents et cela vous donnera des idées sur comment vous pourriez raconter votre histoire.

Demandez aux organisateurs

Si vous n’êtes toujours pas sûr de comment cadrer votre sujet, envoyez un tweet ou un email aux organisateurs : « Hé, j’aimerais parler de tel sujet à votre conférence et je voudrais m’assurer que vous jugez que c’est intéressant pour votre audience. » Si votre sujet a besoin de quelques ajustements, s’il est trop spécifique ou trop généraliste ou simplement ne convient pas, les organisateurs vous le feront savoir. Bonus : en prenant contact avec eux, vous faites la démonstration que ça vous tient à cœur.

Traduisez votre sujet en un titre et une description

OK, maintenant vous savez de quoi vous voulez parler. Prochaine étape : traduire tout ça en une description courte et percutante. Un résumé qui sort du lot et qui convainc le jury que non seulement votre sujet c’est du solide, mais qu’il va informer, amuser voire même étonner les participants !

Lorsque vous rédigez une proposition de sujet, vous essayez de convaincre des gens de passer 30 minutes à vous écouter - Sarah Mei

Les choses à faire

  • Répondre aux questions de base : de quoi parle votre conférence ? À qui est-elle destinée (experts, débutants…) ? Que vont apprendre les personnes présentes ?
  • Facilitez la catégorisation de votre sujet : employez des mots qui vont permettre de caser facilement votre talk dans une catégorie, par exemple pour Sud Web : projet, design, culture, retour d’expérience, développement personnel, etc.
  • Utilisez des mots et des phrases qui sortent du lot : spécialement dans le cas où le vote des sujets se fait à l’aveugle (le jury ne voit pas votre nom lors de la première lecture), votre sujet sera abordé de cette façon : « Vous avez lu Sprint review en marinière ? Ça a l’air marrant ! » Grâce à une approche légèrement décalée et un choix de mots inhabituels, vous faites preuve d’humour et vous rendez votre proposition tout de suite mémorable.
  • Soyez interdisciplinaire et proposez un angle original : en 2016 le sujet de Marion Lambert sur le web dans le monde agricole s’est détaché du lot, nous étions curieux de la relation entre ces deux domaines.
  • Faites le show : précisez que vous allez utiliser des démos super cool — avec une guitare ! — que vous avez des exemples sensationnels, de chouettes slides.
  • Montrez votre enthousiasme : au final, le jury recherche le talk qui va faire applaudir les participants. Si vous êtes passionné par votre sujet, vous allez sûrement transmettre cette passion aux personnes présentes.
  • Relisez bien ! Appliquez-vous dans la rédaction et évitez les négligences et les fautes. C’est comme quand vous postulez pour un job, les fautes et les maladresses vous reléguerons en bas de la pile, voire vous élimineront. Le truc simple qui marche bien : demandez à un ami de vous relire. Ça vous permettra de tester également que votre proposition est comprehensible de tous.
  • Voyez grand — essayez de repenser votre sujet à plus grande échelle : quelle est la pertinence de votre sujet pour l’ensemble de la communauté ? En quoi est-ce bénéfique et responsabilisant pour les autres ? Comment les choses étaient-elles gérées avant, maintenant et que pourrait-il se passer dans le futur ?

Je ne veux pas savoir à quel point votre présentation sera excellente. Quel est votre point de vue ? Donnez-moi un avant-goût. Je veux le plat de résistance, pas le menu — Noah Slater

Il y a également un certain nombre de choses que vous devriez éviter.

Les choses à ne pas faire

  • Ne laissez pas traîner des mots qui vont tempérer votre message, comme ‘peut-être’, ‘parfois’, etc. Ayez confiance en vous !
  • Évitez les affirmations définitives si vous n’avez pas de données pour les appuyer. Ajustez votre propos en conséquence.
  • Ne vous forcez pas à utiliser un ton qui n’est pas le vôtre. Ne faites pas de blagues si ce n’est pas votre truc, à l’inverse ne soyez pas trop académique si vous ne parlez pas ainsi.
  • Ne venez pas vendre votre produit, la plupart des conférences ne sont pas des écrans de pubs et le public n’aime d’ailleurs pas ça. Si vous souhaitez faire un retour d’expérience sur votre société, enthousiasmez l’audience avec vos idées et vos découvertes. Si vous faites ça bien, vous gagnerez par la même occasion le respect et l’intérêt pour votre société.
  • Ne soyez pas offensif ou virulent : avoir une opinion contradictoire c’est bien du moment que vous évitez de manquer de respect aux méthodes, aux outils ou aux approches concurrentes. Préférez montrer que vous connaissez les avantages et les inconvénients des deux solutions et que vous pouvez en parler de manière respectueuse.

Mais je ne peux pas faire de conférence parce que…

Il y a une multitudes de raisons qui retiennent les gens de proposer un sujet alors qu’ils ont de bonnes idées à partager. Voici une partie des inquiétudes qu’on nous a confié et comment nous y avons répondu :

La langue parlée à la conférence n’est pas ma langue maternelle

Don’t worry if you don’t speak French, we welcome English talks as well. Our audience mainly understands English, and it’s a good way to learn anyway.

Nous acceptons les présentations en français et en anglais. Les premières années, nous assurions une traduction simultanée et nous nous sommes rendus compte petit à petit qu’une infime partie du public avait vraiment besoin de casque de traduction. Comme dans beaucoup d’autres domaines, l’anglais est la langue par défaut, aussi nous ne voyons aucun inconvénient à proposer un nombre réduit de conférences en anglais. Ne vous inquiétez pas, votre message passera aussi par vos exemples, votre façon d’être, pas besoin de parler français pour cela.

Je n’ai jamais pris la parole en public

Et vous n’êtes pas la seule personne dans ce cas ! Tout le monde doit bien commencer un jour. Comme pour tout, la prise de parole s’améliore avec la pratique, cependant il est vraiment possible de faire une bonne conférence du premier coup. Les organisateurs de conférences adorent découvrir de nouveau talents ! Par exemple Pablo Pernot, Laetita Phan, Thibault Jouannic et beaucoup d’autres ont présenté leur première conférence à Sud Web et ils ont épaté tout le monde.

Le fameux syndrome de l’imposteur

Le fameux syndrome de l’imposteur

Je ne suis pas vraiment un expert / une rockstar / une licorne

Si vous avez bien préparé votre intervention, que vous avez passé des heures à faire des recherches sur votre sujet, il est très peu probable que quiconque dans l’audience ait passé autant de temps sur ce même sujet. Soyons honnête, de combien de temps disposez-vous vraiment avec un emploi de temps hyper-chargé pour vous plonger en profondeur dans un sujet qui vous intéresse ? Vous serez l’expert dans la salle sur votre sujet, gardez cela bien en tête. Et pour ce qui est des licornes : ce sont des créatures mythologiques, elles n’existent pas vraiment :)

Aperçu des coulisses… que voit un jury de conférence quand il lit les propositions ?

L’année dernière Sud Web a reçu 92 propositions de sujets. Cela n’a rien d’exceptionnel, des conférences comme Paris-Web ou Mix-it doivent en recevoir bien plus !

Les propositions que nous avons reçu comptaient en moyenne une centaine de mots pour le titre et la description. C’est à partir de cela que nous nous faisons une première idée, sans forcément chercher à savoir qui est la personne qui présente la conférence. Cela nous prend ensuite une bonne journée pour relire avec attention chaque sujet et nous faire une opinion sur chaque proposition.

Après la première lecture, l’équipe de Sud Web note ensuite chaque proposition sur une échelle allant de -2 à 2 :

  • -2: Je ne pense pas que ce sujet soit adapté à Sud Web.
  • -1: Je ne suis pas très favorable cette proposition.
  • 0 : Je ne sais pas mais je ne vois aucun inconvénient si ce sujet est selectionné.
  • 1 : Je suis favorable à cette proposition.
  • 2 : J’ai vraiment très envie de voir cette conférence !

Nous éliminons ainsi facilement les sujets qui ne respectent pas notre ligne éditoriale. Pour les sujets où il y a de grands écarts de vote, nous discutons et confrontons nos points de vue pour avoir une compréhension commune du sujet, mais à côté de cela certains sujets sortent du lot et nous nous retrouvons souvent avec plus d’une vingtaine de sujets que nous aimerions sélectionner pour Sud Web. Cela signifie que nous devons éliminer 2/3 de nos sujets préférés !

Et c’est là où commence la partie la plus difficile de la curation : déterminer les sujets qui se compléteront bien pour former la programmation parfaite. Quelle est le bon mélange de sujets qui permet de couvrir les différentes thématiques de notre ligne éditoriale ? Quels sujets vont être le plus profitables à notre audience ? Comment trouver l’équilibre entre les sujets pratiques, techniques et ceux plus personnels ? Est-ce qu’il y a à la fois des sujets métiers et des sujets plus ouverts qui permettent de prendre du recul sur nos rôles ?

Bien que cette partie soit très intéressante, elle signifie aussi que nous allons devoir rejeter des propositions que nous aimons vraiment, mais que nous ne pouvons pas intégrer dans notre programme. En plus des considération relatives aux contenus, nous devons prendre en compte le fait que nous voulons également réunir des personnes issues de différents horizons (art, journalisme, psychologie, droit, etc.) de différentes cultures, de différents pays. Bien entendu notre budget est limité (ça c’est le côté moins fun) et nous ne pouvons nous permettre de faire venir des gens de trop loin.

Et donc… je n’ai pas été retenu. Zut.

Dites vous biens qu’aucune proposition de sujet n’est parfaite et que de ne pas avoir été retenu ne signifie que nous n’avons pas aimé votre proposition. Votre sujet peut ne pas avoir été retenu pour diverses raisons - peut-être un sujet similaire a déjà été abordé par le passé et notre jury a décidé de ne pas le proposer cette fois-ci. Peut-être y avait-il trop de conférences techniques et que la curation a privilégié un sujet plus global. Peut-être que votre proposition n’a pas fait l’unanimité cette fois-ci. Dans tous les cas, ce n’est pas une raison pour baisser les bras ! Ne le prenez pas personnellement et ne vous découragez pas. Continuez de proposer et n’ayez pas peur de demander au jury des retours sur votre proposition.

Wow, ma conférence a été sélectionné ! Et ensuite ?

Super nouvelle ! Il faut fêter ça ! Le travail de préparation est important et là encore il n’y a pas de secret, il faut structurer, répéter encore et encore, tout seul devant sa glace, avec ses amis, ses collègues, dans un meetup local ou avec nous par confcall. C’est encore plus vrai pour les conférences courtes où le timing est très serré !

En tant qu’organisateurs, nous pensons qu’il est de notre responsabilité de vous aider à vous préparer au mieux, particulièrement si c’est votre première prestation scénique. Nous avons la chance d’avoir un public particulièrement bienveillant et une personne submergée par ses émotions sera toujours soutenue par notre public.

Nous proposons un accompagnement personnalisé aux intervenants depuis quelques années, à la fois pour vous guider, vous tenir la main si besoin mais également par respect pour les participants qui ont fait l’effort de venir assister aux conférences, venant parfois de l’autre bout de la France.

Ce suivi est tout aussi apprécié par les orateurs et des oratrices plus chevronnés. Le fait de fournir des retours au plus tôt, d’échanger sur votre plan, vos idées, de vous faire des retours constructifs sur le fond autant que sur la forme va ajouter à votre motivation pour délivrer une présentation encore meilleure. À ce stade, les répétitions vidéo avec les organisateurs jouent un rôle déterminant, le simple fait d’avoir les encouragements de l’équipe après une confcall de 10 minutes, ça met bien en confiance et la majorité des intervenants y a désormais recours.

Ces premières prises de contact avec notre équipe rassurent sur le fait que tout va bien se passer. Cela ne vous empêchera pas d’avoir le trac avant de monter sur scène, mais vous serez beaucoup mieux préparés.